An 2000, une idylle - Bienvenue chez Aziz

Aller au contenu

Menu principal :

ARTICLES

L'AN 2000 UNE IDYLLE ?

Je me rappelle, il y a quelques années, on parlait de l'an 2000 avec respect et effroi. Ce serait le siècle de tous les miracles techniques, l'ère de toutes les avancées sociales.Nous y sommes de plein-pied à la porte de ce monde merveilleux, où l'homme parvient à se dépasser et prétend détenir le pouvoir de la création. Hélas, désillusions.

La technique devait servir l'homme et le soulager, nous nous apercevons qu'elle l'exploite et l'asservit. Elle lui vole son gagne-pain, elle se dresse contre lui en diminuant les postes de travail. Elle l'angoisse et le stresse par le rythme effarant qu'elle lui impose. A l'époque de nos grands-parents, la crise cardiaque due au stress était inconnue. Aujourd'hui, c'est le fait banal qui tue autant que les routes.

Cet an 2000 idyllique devait servir le bien-être de l'humanité. A notre grand désespoir, il ne remplit pas sa fonction. La communication et ses moyens évoluent et atteignent des sommets ineffables, hélas, la solitude augmente. Une solitude qui tue par l'indifférence qu'elle suscite. Qui de nous n'en voit pas les méfaits autour de lui, chez son voisin, sa voisine, ou tout bonnement dans le supermarché du quartier où les caddies affolés se bousculent anonymes.

Siècle de la puissance technologique où l'atome devient source de destruction. l'histoire regorge d'exemples hallucinants. Il me vient à l'esprit l'anecdote de ce président américain qui, le jour où il ordonna de larguer les bombes sur Hiroshima, pria le Seigneur et s'endormit en toute sérénité.
Rabelais, ce célèbre philosophe, ne disait-il pas " Science sans conscience n'est que ruine de l'âme ". Cette époque que nous vivons serait elle le début de cette apocalypse allégorique dont nous parlent les textes sacrés. Il est évident que la survie spirituelle et matérielle de nos sociétés dépend de nous et de notre capacité à rectifier le tir.

Je revois l'image terrible de ces enfants qui ne peuvent plus marcher sur leurs pieds du fait de leur maigreur, alors que des millions de dollars se dépensent pour une élection présidentielle. Je revois ces images atroces des enfants de Yougoslavie qui ne comprennent pas la bêtise et l'inconscience aveugle et cruelle de leurs aînés. Il me vient à l'esprit une question que chacun de nous peut se poser: " sans armes vendues, il y aurait peut-être moins de crimes de par le monde ! "

Alors ces vendeurs de la mort que sont les trafiquants d'armes bénéficient-ils de l'impunité totale? Ces autres assassins que sont les trafiquants de drogue n'ont-ils aucune conscience? Cette ère de rêve n'est-elle qu'un mythe lointain perdu dans le futur ou le passé?
Notre société est ébranlée par le poids des scandales financiers et politiques qui la secouent, sans pour autant que la conscience de nombreux citoyens soit concernée. La sagesse voulait que l'on agisse avec autrui, de la même manière que l'on souhaitait pour soi. Hélas, égoïsme, vanité puérile sont le lot quotidien qui nous entoure.

Nous devons constater avec amertume la défaillance d'une société technologique qui évolue plus vite que ses ressources morales. Chacun de nous a le pouvoir d'agir et de modifier ce qui l'entoure, ne serait-ce que par l'amour de son prochain. Un bon geste gratuit apporte tout autant qu'un argent mal dispensé.
(c) 1997 Abdélaziz Deramchi



 
Retourner au contenu | Retourner au menu