Hymne à la vérité - Bienvenue chez Aziz

Aller au contenu

Menu principal :

ARTICLES
 
 
 
 

HYMNE A LA VERITE


Je suis sidéré de voir que l’humanité n’a tirée aucune leçon des erreurs du passé. Officiellement le monde entier pleure et se lamente sur le sort des réfugiés syriens et en arrière plan, les requins se battent pour tirer partie de la situation. De quel droit, des dirigeants de nations occidentales se permettent t’ils , sous couvert d’un droit d’ingérence douteux de décider de l’avenir d’un pays. De quel droit , usent ils du pouvoir de bannir un dirigeant ( fut il un horrible dictateur ) en lieu et place des populations concernées.
L’europe ou les états unis auraient ils accépté une telle ingérence dans leur quotidien et au mépris du droit international ? auraient ils accépté que l’on soutienne militairement et logistiquement la rebellion sur leurs terrains.
Nous avons sous les yeux les résultats de cette politique redemptrice instaurée par de sinistres caniches inféodés à l’oncle sam. Je veux parler du chaos Irakien, du chaos Lybien, du chaos Tunisien cyniquement qualifiés de printemps arabes. Arretons de nous mentir et de nous voiler la face, le besoin de démocratie n’est qu’un leurre utilisé pour instaurer un véritable remodelage du moyen et du proche orient. De nombreuses personnes l’ont compris, hormis les pays arabes dirigés par de parfaits idiots qui croient qu’ils vont profiter de la situation.
La vérité est que les peuples irakiens, lybiens et tunisiens vivaient une vie plus décente, empreinte de culture et de joie de vivre, malgré les inconvénients de la dictature en place. Aujourd’hui, on ne parle plus que de terrorisme, de pauvreté et de désolation. Les seuls bénéficiaires sont la finance et le lobby militaro industriel, dont les intérêts se sont etoffés sur les prétendus dommages collateraux.
Je ne m’étendrais pas sur les pantins installés dans les pays africains, ni, sur les mises à mort décrétées envers les dirigeants qui voulaient le developpement de leurs pays à l’image de Thomas Sankara.
Je hurle l’indécence de ce monde dit developpé qui est capable de débourser des milliards pour des projets megalomaniques, de vouloir conquerir l’espace, alors que la vie sur terre ne suscite que peu d’interêts.
A. Deramchi (12.2016)

 
Retourner au contenu | Retourner au menu