L'HYPOCRISIE DES COMMEMORATIONS DE L'HISTOIR - Bienvenue chez Aziz

Aller au contenu

Menu principal :

ARTICLES

L'HYPOCRISIE DES COMMEMORATIONS DE L'HISTOIRE

Je suis le premier à tirer les leçons des horreurs du passé, à dire, gardons en mémoire les hérésies de l'histoire, à dire, plus jamais d'atteintes à la vie. Par contre, je hurle de colère en voyant l’hypocrisie enrober toutes ces manifestations commémoratives de la folie humaine.
Il me suffit de voir la liste des participants officiels, pour me dire que certains devrait figurer dans le groupe des assassins responsables de crimes contre l’humanité. Nul besoin de les citer nominativement, car leurs crimes odieux sont encore en mémoire ( Irak,Liban,Palestine,Lybie,Syrie,Yemen et tant d'autres )

Le terme de PAIX me fait penser au terme de SIBERIE, tout le monde la vante, mais personne n’en veut. Il faut arreter cette hypocrisie enrobée et véhiculée par une langue de bois pesante.
Tous le monde vante les slogans de " PAIX " , de " PLUS JAMAIS CELA ", de " MEMOIRE DU SOUVENIR ",  à nous faire pleurer, mais la majorité semble oublier les conflits actuels , veritables moteurs d’une économie libérale destructrice.
Ces mêmes orateurs  déplorant les affres du passé, ne se privent pas de vendre des armes meurtrières et destructrices, ne se privent pas de renverser tout régime et d'éliminer tout responsable qui toucherait  ou serait susceptible de toucher aux interets qu'ils défendent. Kaddafi, Sankara, Saddam hussein lummumba et tant d'autres, victimes de leurs volontés de changer la done,.
Meme s'ils n'étaient pas de véritables saints, ils ont eu le merite de s'opposer au système mis en place par une minorité de familles banquieres liées à toutes les horreurs de notre humanité.
Je salue la noblesse de la commémoration , mais je denonce l'hypocrise qui l'entoure car comme disait l'écrivain  Marcel Proust

L'idéal de Paix n'est que noblesse et beauté à l'inverse de la sordide réalité actuelle.Les stratégies économiques  alliées aux stratégies géopolitiques, ont fait de notre planete un dépotoir ou  cohabitent une minorité de nantis dont le paradis est fait de l'enfer des autres pauvres comme disait en substance Victor Hugo.

Avez vous observé ces politiciens dont les mains ne peuvent supporter un parapluie, au point qu'on doive les protéger. Avez observé l'arrogance et la peur des autres qui ne se deplacent que sous tres haute surveillance et en voitures blindées. Leurs dépenses princières , leurs déplacements privés pourrait à eux seuls , diminuer la famine et la misère de certaines ethnies.
Ont ils le privilège d'avoir muris plus longtemps dans la matrice maternelle ? Il faut le croire, à voir l'arrogance de leurs attitudes de gamins égocentriques.
Lorsque je repense à la déclaration universelle des droits de l'homme, je me dis que les notions d'égalité , de fraternité et de liberté sont devenus apocryphes. Helas comme l'a si bien  Antonio Gramschi

Je suis outré par la dérive de ces politiciens investis dans leurs fonctions par un peuple, qu'ils n'écoutent plus, imbues de leurs egos surdimensionnés, ce qui revient à le mépriser.
Etant gosse, j'entendais souvent les gens dire que l'on ne crache pas dans la soupe qui nous nourrit, que l'on ne mord la main qui nous donne à manger, aujourd'hui je suis convaincu que cette sagesse est desuette, au point que le peuple est devenu une armée de pions servant de chair à canon et de consommateurs dociles que l'on mene à coup de slogans publicitaires et de viols émotionnels.  
Je trouve indécent de parler des pertes du passé et d'occulter la mort d'aujourd'hui au Yemen , en Palestine et dans d'autres endroits du globe. Alors messieurs les politiciens, si votre vision du monde est la Paix, agissez avec honneur et loyauté, cessez de clamer la paix et d'exporter la mort. Dans sa grande sagesse, St Augustin nous avait avertis                                                                                                                                                                                                                                                                                        (c)  A Deramchi ( 2018 )

 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu