Machiavelisme Clintonien en Irak - Bienvenue chez Aziz

Aller au contenu

Menu principal :

ARTICLES > L'IRAK

L’irak face au machiavélisme clintonien

Quelle époque sinistre sommes nous en train de vivre ? la fiction dépasse la réalité. Le secrétaire des nations unies haut lieu de la diarrhée verbale n’est même pas consulté. Au mépris de toute les règles juridiques internationales , au mépris de la charte de l’ONU ( Organisation Nulle et Incompétente) un président aux abois, fait feu de tout bois pour rester au pouvoir.
Sans aucun sens moral, il nous rejoue la rengaine connue du Diable personnifié, du danger public international, pour justifier les frappes contre un peuple qui souffre la misère depuis plusieurs années. La vision manichéenne dépassée, la guerre du golfe nous apparaît sous un angle plus juste. Le bon n’est pas si bon que l’on voudrait nous le faire croire, et le méchant n’est pas toujours celui que l’on pense. Je ne suis pas un expert militaire, mais il me semble que d’autres pays fabriquent et progressent dans l’art des armes bactériologiques et que de prime abord, ils ne sont pas un danger pour le monde. Ou alors font ils partie de la caste des intouchables ?

L’indécence commence avec le nom de code de l’opération, Renard du désert, ce qui symbolise l’intelligence et la ruse face à la bêtise. Un lapsus inconscient me ferait parler de connard du désert. Les médias nous en présentent deux, Bill Clinton et Tony blair qui ne semblent pas briller par leur intelligence. De quel droit international, de quel directive consensuelle se font ils les justiciers ?

Un président qui n’est même pas capable de gérer sa braguette, peut il décemment gérer des conflits internationaux. Un premier ministre anglais peut il oublier l’histoire colonialiste de son pays et aujourd’hui se faire l’avocat unilatéral de la justice militaire. Cette décision cavalière ne fait pas l’unanimité au niveau de l’ONU, du sénat américain et du conseil de sécurité.

Les dirigeants arabes vont briller comme d’habitude par leur couardise tout comme les responsables européens qui chausseront leurs pantoufles pour éviter de déranger l'oncle Sam. La Russie vexée de ne pas avoir été tenue au courant rue dans les brancards, la chine en fait de même avec des paroles dures et sans équivoque.

Même les américains ne croient plus à l’unisson à la démagogie de leur président. Certaines voix républicaines se sont élevées pour crier leur indignation face à la bizarre coïncidence, qui fait que les frappes interviennent le jour où la chambre des représentants devait voter la procédure de destitution de bill clinton. Ils lui reprochent créer un écran de fumée pour sauver sa peau en essayant de se rallier l’opinion publique américaine si sensible à la carotte patriotique. La méthode est vieille comme le monde, et le peuple américain se laisse assez souvent prendre. Intérêts vitaux américains, menace des pays avoisinants et du monde… la chanson devient lassante, tout comme les frappes chirurgicales et les mesures spéciales pour protéger les civils. Lorsqu’on sait qu’en 1991, 3 missiles sur 4 n’avaient pas atteint leurs buts, on est en droit de se poser certaines questions.

L’Iran vient de convoquer l’ambassadeur Suisse représentatif des usa pour lui demander des comptes sur le missile précis et chirurgical qui vient de s’abattre sur l’une des ses villes aux frontières de l’irak. Laurence Korb expert militaire américain dénonce la désinformation liée à la sophistication des missiles et de leur précision.
La première réaction à l’attitude irresponsable de clinton, vient de la Russie où le ministre des affaires étrangères laisse clairement entendre que la Douma va refuser de ratifier l’accord de désarmement Russo-Americain Start II .

Cette apprenti sorcier aux manières de Cow-Boy, ce terroriste d'etat risque d’embraser la région en souhaitant à tout prix faire tomber Saddam Hussein. La chute de ce dernier risque d’entraîner l’éclatement de l’Iraq. Nous avons pu avoir un petit aperçu des conséquences de 1991 au travers des luttes intestines inter kurdes. Ces derniers actuellement dispersés sur plusieurs pays se battront pour la création d’un état kurde. Cette menace latente n’arrange aucun pays de la région et risquerait d'augmenter les foyers de tension.

Deuxième scénario catastrophe, Clinton par son attitude militaire injuste et partiale risque d’acculer Saddam à s’attaquer à Israël, alors le pire serait à envisager. La poudrière orientale deviendrait source d’explosion à haut risque. L’intolérance de Netanyahou serait un catalyseur à l’union arabe et les réactions en chaîne deviendraient incontrôlables.

Dans l’état actuel des choses, la vie humaine n’a pas beaucoup de valeur, et c’est là le signe flagrant de la décadence de notre société. Les intérêts politiques et monétaires valent plus, beaucoup plus. A ce sujet, une fable de Lafontaine me vient à l’esprit. Dans les animaux malades de la peste, le bouc émissaire qu’est l’âne endosse la responsabilité de tout ce qui les touche, parce que l’on n’ose pas s’attaquer à la véritable source du problème qu’est le lion.
Ainsi, dirons nous, la raison du plus fort est pour l’instant la meilleure.
© A. Deramchi 1998



 
Retourner au contenu | Retourner au menu